Témoignages

Hôpital de Granby, l’établissement où j’ai donné la vie

30e semaine de grossesse, le grand jour arrive à grands pas. Suite à un examen de routine, mon médecin me réfère rapidement à la clinique GARE de l’Hôpital de Granby, une clinique de soins infirmiers qui assure un suivi rigoureux des grossesses à risques.

Témoignage donner la vie Fondation du CHGMa plus grande fierté est arrivée légèrement plus tôt! Mon garçon a fait ça comme un champion malgré toutes les complications d’un petit prématuré.
Il ne cesse pas de nous épater.

Nous sommes extrêmement chanceux d’avoir pu compter, lors de mes dernières semaines de grossesse et des premiers jours de mon garçon, sur l’expertise de l’équipe obstétrique et périnatalité de l’Hôpital de Granby. Des gens dévoués, passionnés et qui n’auraient pas pu prendre plus soin de nous deux dans cette aventure.

Roxanne Gagné
maman d’un premier enfant, Granby

Témoignage donner la vie Fondation du CHG

Hôpital de Granby, l'établissement où j'ai donné la vie

Croire en la force de notre collectivité : Nouvelle unité des soins intensifs

La réalisation de ce projet d’envergure a été possible grâce à l’appui, la confiance et la persévérance de plusieurs parties prenantes. Nous récoltons, depuis juillet dernier, le fruit d’un travail collectif. Je me fais le porte-parole de toute l’équipe des soins intensifs pour vous témoigner notre entière gratitude.

Dr Marc-Antoine Rivard

Le soutien de notre communauté a permis de mettre sur pied une nouvelle unité des soins intensifs qui répond désormais aux toutes dernières normes de conformité établies par Agrément Canada. Impliqué dès le début, soit depuis 10 ans, dans la conception de ce projet, je peux vous assurer que le mieux-être du patient, de sa famille et de l’équipe médicale a toujours été au centre de nos préoccupations.

Ainsi, les nouvelles chambres sont grandes, agréables et toutes équipées d’une salle de bain personnelle. Les conditions sont optimales pour s’assurer le respect de la confidentialité et de la dignité des patients. En ce qui a trait à la prévention des infections, tous les moyens ont été pris afin de garantir la sécurité de nos patients : du lavage des mains jusqu’à la chambre à pression négative. Les équipements sont à la fine pointe de la technologie et nous permettent d’offrir un monitorage des patients beaucoup plus sécuritaire et précis.

Depuis le 7 juillet 2021, tous les patients qui avaient connu l’ancienne unité des soins intensifs et qui, par la suite, ont dû séjourner dans la nouvelle unité, nous ont confié leur grande satisfaction quant aux changements opérés. Ils se sont sentis plus en sécurité, entourés d’un personnel plus détendu et heureux et ce, malgré tous les défis que la pandémie nous impose.

Poursuivre la modernisation de notre hôpital

Je souhaite ardemment que l’Hôpital de Granby continue sur sa lancée de modernisation avec la construction du centre mère-enfant, la mise sur pied de l’unité d’hospitalisation en psychiatrie et l’introduction d’une nouvelle approche des soins ambulatoires spécialisés aux usagers. Je désire que tous les efforts soient déployés afin que NOTRE hôpital poursuive sa mission qui consiste à offrir, à notre communauté, les meilleurs soins de proximité qui soient.

Reconnaître l’importance de la Fondation du CHG

La Fondation a un immense impact sur la légitimité et le financement de projets d’envergure tels que la modernisation de l’unité des soins intensifs. Chacun de vos dons simplifie et accélère la concrétisation de projets vitaux. L’implication de la Fondation, dans la vie hospitalière, est vitale. Merci de votre soutien indéfectible!

Dr Marc-Antoine Rivard, chef de service et médecin spécialiste en médecine interne, CIUSSS de l’Estrie – CHUS – Installations de la Haute-Yamaska

Croire en la force de notre collectivité : Nouvelle unité des soins intensifs

Nous sauvons des vies

Des soins de santé plus efficaces et plus humains

Ma plus grande satisfaction est de savoir que mes interventions peuvent sauver la vie de nombreuses personnes de ma communauté. Et VOUS, chers donateurs, vous m’aidez chaque jour à y parvenir.

Témoignage Stephanie Rheault Fondation du CHG

Stéphanie Rheault

Une journée aux soins intensifs est imprévisible. Au son variable du moniteur patient, une chorégraphie d’actions minutieuses doit être exécutée à la perfection. Vous comprendrez que l’adrénaline est à son comble lorsque nous sommes responsables de patients instables. Dans ces situations, la collaboration avec les spécialistes, le médecin, l’inhalothérapeute et les préposés aux bénéficiaires est essentielle.

« On vient de le sauver! »

Un sentiment tellement gratifiant, car on fait une différence dans la vie du patient et de celle de ses proches. Une émotion indescriptible. Étant responsable de deux patients à la fois, j’ai le privilège de développer un lien étroit avec eux. J’ai le temps de les accompagner, de leur parler et de répondre à leurs questions. Je prends soin d’eux comme s’ils étaient des membres de ma famille.

Les plus beaux soins intensifs que j’ai vus de ma carrières

Votre don a permis, non seulement, de construire la meilleure unité des soins intensifs au Québec, de la munir d’équipements médicaux plus performants mais également de me permettre de mieux faire mon travail quotidien. Grâce à cet environnement sécuritaire, basé sur le respect de la dignité des usagers, nous pouvons offrir des soins de santé plus humains, à l’écoute des besoins de nos concitoyens.

Je vous serai éternellement reconnaissante pour l’impact positif que vous avez eu sur mon travail. Vous me donnez le goût de me dépasser ainsi que le désir de me perfectionner dans un métier que j’adore. Comme vous pouvez le réaliser, un don à la Fondation du CHG fait toute la différence!

Témoignage Stephanie Rheault Fondation du CHG

Stéphanie Rheault

Infirmière technicienne aux soins intensifs, CIUSSS de l’Estrie – CHUS – Installations de la Haute-Yamaska

Une vie en montagnes russes

Je vis depuis mon enfance un parcours tumultueux en raison d’un trouble du déficit de l’attention (TDAH). J’ai compris à l’âge de 20 ans pourquoi ma vie était parsemée de hauts et de bas me donnant l’impression d’être dans des montagnes russes émotionnelles.

Le moment où tout bascule

Temoignage Jonathan Bienvenue Fondation du CHG

Jonathan Bienvenue

Les problèmes familiaux durant ma jeunesse et la perte soudaine de mon père m’ont plongé dans une profonde dépression. À cause des antidépresseurs et de leurs effets secondaires s’enchaîne un comportement avec des variations très marquées : allant
d’une période de haute énergie, d’euphorie, de manies, à une période dépressive, d’irritabilité, allant jusqu’à une altération du contact avec la réalité. La fabrication d’histoires extravagantes ou incohérentes me donnera de la difficulté à faire la différence entre le réel et l’irréel.

Il y a un an, à la suite d’une visite à l’urgence, j’ai rencontré une psychiatre empathique désirant stabiliser mes humeurs alors que je voyais que du noir. Peu de temps après, le diagnostic est tombé : un trouble bipolaire cyclothymique. En d’autres mots, j’ai un
trouble d’instabilité de l’humeur.

Un encadrement exemplaire

J’ai effectué mes suivis hebdomadaires avec Dre Geneviève Breton, psychiatre de l’hôpital de Granby, et entamé un suivi avec une équipe d’intervenantes compétentes à l’hôpital de jour du Centre Providence. À raison de trois à quatre rencontres par semaine durant sept semaines consécutives, ce suivi m’a appris à réguler mes émotions, mon stress ainsi qu’à comprendre l’importance et le fonctionnement de la médication sur mon système nerveux.

Lors de cette démarche, j’ai fait la connaissance de Depp, un chien d’assistance émotionnel de l’hôpital de jour en santé mentale. Avec la maladie, les liens sociaux sont d’amblé plus difficiles à établir et à entretenir. Mais avec les animaux, c’est spécial, le besoin de créer un lien significatif est vite comblé. Sa présence diminuait le stress et facilitait les échanges.

J’ai finalement participé à des rencontres virtuelles de groupe traitant sur les bonnes habitudes de vie adaptées aux besoins de chacun.

Vivre avec la bipolarité, c’est possible

Aujourd’hui, je canalise mes émotions au quotidien afin de mieux me comprendre. Je continue d’apprendre à vivre avec ma bipolarité. Évidemment, cette particularité de ma vie restera probablement constamment en moi. Je reste toujours avec quelques petites variations d’émotions, mais je suis fier et reconnaissant de tout le chemin accompli dans l’amélioration de la qualité de ma vie.

Je témoigne de mon expérience, car je veux aider à déstigmatiser les tabous qui persistent ou circulent sur les gens qui souffrent de santé mentale. Je veux dire aux personnes concernées et à leur entourage qu’il est possible de jouir d’une vie normale à la condition d’être bien entouré par ses proches, ses amis ou ses collègues de travail et surtout d’être bien accompagné par des spécialistes dans le domaine. N’ayez pas peur de demander de l’aide.

Temoignage Jonathan Bienvenue Fondation du CHG

Jonathan Bienvenue

Une vie en montagnes russes

Nous avons trouvé une tumeur…

Témoignage Karo-Lyne Dion Fondation du CHG

En raison de la pandémie, Karo-Lyne a dû affronter sa première opération seule. À l’entrée de l’Hôpital de Granby, elle trouva, par hasard, une balle anti-stress avec un sourire. Karo-Lyne Dion

La date du 20 janvier 2020 restera gravée dans la mémoire de Karo-Lyne, femme de 39 ans, conjointe et maman de deux enfants, âgés de 10 ans et de 4 ans. Ce jour-là, seule à sa clinique médicale, son médecin lui annonce, suite à une biopsie, qu’elle a un cancer du sein.

« Mon univers s’est effondré à ce moment précis. L’annonce a été brutale, mais entre vous et moi, il n’y a pas de bonne manière pour annoncer cette dévastatrice nouvelle. Je me suis dit que c’était impossible. Je suis en forme, je prends soin de ma santé et le cancer ne fait pas partie de mes antécédents familiaux. Malgré tout, j’ai le cancer. Un mot qui te jette carrément sur le dos. C’est à ce moment-là que j’ai connu la peur, la vraie! »

Malgré ce tourbillon d’émotions, j’ai eu la chance de passer tous les tests nécessaires à MON hôpital, celle de Granby. Avant de débuter les traitements, j’ai dû passer une mammographie, une échographie, un scan, une scintigraphie osseuse et pour terminer une résonnance magnétique.

Mon premier traitement

Le sentiment qui m’habite est l’anxiété. Je m’assois sur un fauteuil bleu pour mon premier traitement de chimiothérapie, entourée de gens exposés à la chimio depuis des mois dont les effets secondaires se font sentir sur leur corps : perte de cheveux et teint pâle. Ma méconnaissance des procédures et des produits injectés et de leurs effets augmente mon angoisse à un tel point de perdre connaissance.

Par chance, dès le début, l’équipe en oncologie de l’Hôpital de Granby a été à l’écoute de mes besoins. J’ai pu faire mes traitements dans une salle isolée, à l’abri des regards. J’ai également reçu du soutien psychologique me permettant d’avancer un pas à la fois dans cette épreuve.

Le soutien est essentiel pour affronter le cancer

Le 13 juillet 2020 est une autre date que je n’oublierais jamais. Ma première opération, une mastectomie partielle, j’ai dû l’affronter seule en raison de la pandémie. Les résultats de la pathologie démontrent que je devrai avoir une 2e opération, reprise de marge. Cette dernière a été faite le 24 septembre dernier. Entre temps, j’ai dû débuter l’hormonothérapie pour cesser la production d’hormones qui agissent sur le développement des cellules cancéreuses. Après cette deuxième opération, je souhaitais des résultats positifs, mais une troisième opération sera nécessaire à la fin de l’année pour une mastectomie totale avec reconstruction.

Avec le soutien incroyable de Dr Michel Richard et l’équipe médicale ainsi que des suivis précis avec les équipements en imagerie médicale, je suis convaincue que je suis sur le chemin de la guérison.

Témoignage Karo-Lyne Dion Fondation du CHG

Karo-Lyne Dion

Nous avons trouvé une tumeur...

Évitez une hystérectomie totale était primordiale

Témoignage - Marylène HébertFatigue extrême, douleur pelvienne persistante, anémie, saignements excessifs sont les symptômes qui ont mené à la consultation avec Dre Marie-Claude Bouchard-Richard en juin dernier. Un fibrome, tumeur non cancéreuse, est ainsi détecté à la suite d’une échographie réalisée chez Marylène.

Maman monoparentale de quatre enfants, elle désire à tout prix éviter une hystérectomie totale et souhaite également une convalescence de courte durée afin de continuer à s’occuper de sa famille. L’option d’une technique novatrice non évasive est automatiquement proposée par la Dre Bouchard-Richard.

Le service de gynécologie de l’Hôpital de Granby a acquis un appareil, grâce à la Fondation du CHG, le Myosure. Ce dernier permet le retrait rapide et facile de fibromes, dans la cavité utérine, de manière sécuritaire, tout en préservant la forme et la fonction de l’utérus.

« Tout s’est passé vite et de manière hyper rassurante, même en temps de pandémie. Début octobre, soit 4 mois après sa première consultation, la chirurgie d’un jour est inscrite au calendrier! Je me suis sentie immédiatement en confiance avec l’équipe médicale du bloc opératoire. Dès le lendemain, j’étais de retour à mes activités quotidiennes. »

Ces équipements à la fine pointe de la technologie sont cruciaux afin d’offrir des traitements plus adaptés et moins invasifs. Merci à toute l’équipe du service gynécologique et du bloc opératoire!

Témoignage - Marylène Hébert

Marylène Hébert

Évitez une hystérectomie totale était primordiale

Une clinique de grande importance pour les enfants

Quelques heures après sa naissance, il est transféré à l’unité de néonatalogie du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, où il sera monitoré en permanence, il aura un support respiratoire, une alimentation par gavage et où les nombreux examens se succéderont. Après 4 mois d’hospitalisation, nous prenons enfin le chemin de la maison, accompagnés de divers équipements médicaux pour lui prodiguer des soins quotidiens à domicile.

Accès à des soins de proximité de haute qualité

Dès sa sortie, notre garçon est suivi à la clinique pédiatrique du Grand McDon, située à l’Hôpital de Granby. Cette dernière est entièrement consacrée aux enfants, permettant aux pédiatres de réaliser des suivis après les hospitalisations ou les visites à l’urgence ainsi que de s’occuper, à plus ou moins long terme, des jeunes patients avec une problématique de santé.

Dès la première rencontre avec l’une des 5 pédiatres de la clinique externe, Dre Éliane Pouliot, nous nous sommes sentis en confiance, écoutés et bien dirigés dans le réseau de la santé. La cohésion entre les médecins et l’ensemble des services a de beaucoup facilité les soins reçus par notre garçon.

Les deux premières années, de multiples spécialistes ont gravité autour de notre univers : pédiatre, cardiologue, travailleuse sociale inhalothérapeute, physiothérapeute et ergothérapeute pour ne nommer que ceux-là. Cette clinique a donné, à notre garçon, un accès rapide à des soins de proximité de haute qualité.

On ne remerciera jamais assez les équipes de soins, dévouées et aimantes, que nous avons et que nous continuerons à côtoyer. Nous saluons le soutien constant de Dre Pouliot qui nous a donné courage et espoir.

Ces équipements à la fine pointe de la technologie sont cruciaux afin d’offrir des traitements plus adaptés et moins invasifs. Merci à toute l’équipe du service gynécologique et du bloc opératoire!

Une clinique de grande importance pour les enfants

L’équipe de l’unité de retraitement des dispositifs médicaux (URDM)

Merci à vous tous. On ne lâche pas, nous sommes une très belle grande équipe, nous gagnerons cette bataille!

L’équipe de l’unité de retraitement des dispositifs médicaux (URDM)

Santé mentale – Site Providence

Merci à tous les citoyens de Granby qui respectent de façon assidue les consignes gouvernementales. Vos petits gestes vont faire en sorte de nous préserver et nous permettre de s’occuper des plus vulnérables et de continuer à être en santé pour offrir un service de qualité.

Santé mentale – Site Providence

L’équipe de maternité, néonatalogie et pédiatrie

Merci pour votre support! Vos bons mots, les surprises retrouvées dans la cour de l’hôpital (arochemoiunsourire), les encouragements des remorqueurs, policiers, pompiers, les surprises des restaurateurs…tout ça met un baume sur la pandémie! La vie a changé mais nos soins aussi…merci de comprendre que tout est différent même pour nous ! Merci de votre collaboration et de vos sourires de compréhension lorsque l’on annonce que le futur papa doit attendre le résultat de l’évaluation de sa conjointe avant de la rejoindre à l’étage si elle est admise. Merci de participer de bonne foi au confinement à votre chambre pour éviter la circulation dans l’hôpital. Merci de nous aider à prendre soin de vous !

L’équipe de maternité, néonatalogie et pédiatrie

CLSC Yvan-Duquette

Merci pour toutes les petites attentions auprès de notre personnel afin de les supporter dans cette épreuve que nous vivons présentement. Ça va bien aller!!!

CLSC Yvan-Duquette

Menu